^Ministère des Enseignements Techniques et de la Formation Professionnelle

logo

Le Ministre

  Photo du Ministre

   M. KASSOUM M. MOCTAR

Services Rattachés

Partenaires

  • 1.jpg
  • 2.jpg
  • 3.jpg
  • 3a.jpg
  • 4.JPG
  • 5.jpg

 

La question de l’employabilité et l’insertion des jeunes au Niger, est selon la Secrétaire Générale du Ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, Mme Absatou Daddy, d’une importance capitale pour le gouvernement du Niger. Elle constitue, à ce titre, l’un des axes du plan de développement économique et social en cours de mise en œuvre.

Elle a en outre précisé que le gouvernement du Niger à travers le Ministère en charge de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, conduit des projets visant à améliorer l’offre et la qualité de la formation professionnelle aussi bien pour le secteur public que dans le secteur privé. C’est dans cette optique, a-t-elle rappelé qu’en 2021, le Ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle a mis en place, avec l’appui financier de la Banque Mondiale à travers le PRODEC, un fonds compétitif de soutien au secteur privé de la Formation Professionnelle de plus de deux (2) milliards de francs CFA, qui a nécessité deux appels à candidature.

Le premier appel à candidature a dit la Secrétaire Générale de l’Enseignement Technique, avait été lancé en mars 2021, à l’issue du processus de sélection, 16 structures ont été sélectionnées pour bénéficier du fonds compétitif d’appui aux structures privées. Le second appel à candidature phase 2 ; cinquante une (51) structures dont 29 groupements féminins de formation et vingt-deux(22) privés ont été sélectionnés pour bénéficier du fonds compétitif d’appui aux structures privés.

 

La Secrétaire générale du ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, a indiqué que les vingt-neuf (29) structures privées de formation professionnelle sélectionnées sont reparties géographiquement. Il s’agit de deux (2) à Agadez dont un (1) à Arlit, un (1) à Diffa, un (1) à Dosso, dix (10) à Maradi, quatre (4) à Tahoua dont un (1) à Konni, cinq (5) à Zinder, et six (6) à Niamey.

Pour sa part, l’assistant au coordinateur PRODEC, M. Bako Yahaya, a dans son intervention souligné que le projet de développement des compétences pour la croissance (PRODEC), vise à satisfaire la demande en compétence dans les secteurs à fort potentiel de croissance de l’économie nationale. C’est dans cette optique, a-t-il ajouté que le PRODEC accompagne les structures intervenant dans les filières porteuses, pourvoyeuses d’emplois, notamment l’agro-industrie, le BTP, les métiers de cuirs et peaux, l’hôtellerie et la restauration.

 

 

M. Bako Yahaya a souligné que le PRODEC à travers ses agences d’exécution que sont la chambre de commerce et d’industrie du Niger, l’ANPE et le FAFPA, contribue à améliorer l’accès des jeunes à l’apprentissage des métiers, à l’emploi et à l’entreprenariat. A travers ces différentes composantes, de 2014 à ce jour, sur une cible de 31. 360 jeunes à toucher, 31. 345 jeunes bénéficiaires directs ont été accompagnés par le PRODEC dans toutes les régions du Niger, soit un taux de réalisation de plus de 99% dont 37% sont des filles.

 

L’assistant au coordinateur PRODEC, M. Bako Yahaya a enfin fait savoir que la rencontre s’inscrit dans le cadre de la composante 1 du PRODEC, à savoir l’amélioration de l’efficacité de la formation formelle. Elle est structurée en deux sous-composantes notamment : la sous-composante 1.1 dénommée : approche axée sur la demande de la formation professionnelle formelle ; et la sous composante 1.2 qui vise l’amélioration du passage de l’école au monde du travail.

Le Ministère de l’Enseignement et de la Formation Professionnelle, le PRODEC d’une part, et les structures privés bénéficiaires opérant dans la formation professionnelle d’autre part, ont signé le vendredi 25 Novembre 2022 à Niamey, un protocole d’accord. D’une enveloppe de 227 millions de francs CFA, cette signature de convention vise à accorder le financement à vingt-neuf (29) projets de formation professionnelle, dans le cadre de la mise en œuvre du fonds d’appui au secteur privé de la formation professionnelle, du projet de développement des compétences pour la croissance (PRODEC) phase 2.

La question de l’employabilité et l’insertion des jeunes au Niger, est selon la Secrétaire Générale du Ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, Mme Absatou Daddy, d’une importance capitale pour le gouvernement du Niger. Elle constitue, à ce titre, l’un des axes du plan de développement économique et social en cours de mise en œuvre.

Elle a en outre précisé que le gouvernement du Niger à travers le Ministère en charge de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, conduit des projets visant à améliorer l’offre et la qualité de la formation professionnelle aussi bien pour le secteur public que dans le secteur privé. C’est dans cette optique, a-t-elle rappelé qu’en 2021, le Ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle a mis en place, avec l’appui financier de la Banque Mondiale à travers le PRODEC, un fonds compétitif de soutien au secteur privé de la Formation Professionnelle de plus de deux (2) milliards de francs CFA, qui a nécessité deux appels à candidature.

Le premier appel à candidature a dit la Secrétaire Générale de l’Enseignement Technique, avait été lancé en mars 2021, à l’issue du processus de sélection, 16 structures ont été sélectionnées pour bénéficier du fonds compétitif d’appui aux structures privées. Le second appel à candidature phase 2 ; cinquante une (51) structures dont 29 groupements féminins de formation et vingt-deux(22) privés ont été sélectionnés pour bénéficier du fonds compétitif d’appui aux structures privés.

La Secrétaire générale du ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, a indiqué que les vingt-neuf (29) structures privées de formation professionnelle sélectionnées sont reparties géographiquement. Il s’agit de deux (2) à Agadez dont un (1) à Arlit, un (1) à Diffa, un (1) à Dosso, dix (10) à Maradi, quatre (4) à Tahoua dont un (1) à Konni, cinq (5) à Zinder, et six (6) à Niamey.

Pour sa part, l’assistant au coordinateur PRODEC, M. Bako Yahaya, a dans son intervention souligné que le projet de développement des compétences pour la croissance (PRODEC), vise à satisfaire la demande en compétence dans les secteurs à fort potentiel de croissance de l’économie nationale. C’est dans cette optique, a-t-il ajouté que le PRODEC accompagne les structures intervenant dans les filières porteuses, pourvoyeuses d’emplois, notamment l’agro-industrie, le BTP, les métiers de cuirs et peaux, l’hôtellerie et la restauration.

M. Bako Yahaya a souligné que le PRODEC à travers ses agences d’exécution que sont la chambre de commerce et d’industrie du Niger, l’ANPE et le FAFPA, contribue à améliorer l’accès des jeunes à l’apprentissage des métiers, à l’emploi et à l’entreprenariat. A travers ces différentes composantes, de 2014 à ce jour, sur une cible de 31. 360 jeunes à toucher, 31. 345 jeunes bénéficiaires directs ont été accompagnés par le PRODEC dans toutes les régions du Niger, soit un taux de réalisation de plus de 99% dont 37% sont des filles.

L’assistant au coordinateur PRODEC, M. Bako Yahaya a enfin fait savoir que la rencontre s’inscrit dans le cadre de la composante 1 du PRODEC, à savoir l’amélioration de l’efficacité de la formation formelle. Elle est structurée en deux sous-composantes notamment : la sous-composante 1.1 dénommée : approche axée sur la demande de la formation professionnelle formelle ; et la sous composante 1.2 qui vise l’amélioration du passage de l’école au monde du travail.

 Source: DAID/RP/MET/FP

01

Copyright © 2014 MET/FP Niger